fr
Select language
The Colossus firefighting robot
17 Apr 2019

Voir la vidéo des robots pompiers qui ont aidé à éteindre l'incendie de Notre-Dame.

fr
Select language

Les robots pompiers sont capables de se rendre sur une scène d'incendie active où il est trop dangereux pour les pompiers de travailler, et certains peuvent être contrôlés à une distance de plus de 300 mètres (1000 pieds).

L'incendie de Notre-Dame n'a pas laissé beaucoup de cœurs indifférents lorsque la cathédrale vieille de 856 ans a pris feu dans la nuit de lundi à mardi. C'est en partie grâce aux robots pompiers, employés par la Brigade des sapeurs-pompiers de Paris, que la cathédrale a pu être au moins partiellement sauvée d'une destruction complète.

Dans un premier temps, la tâche la plus importante des robots a été de contourner la flèche qui allait s'effondrer, car il était trop risqué pour les pompiers de Paris de s'approcher de la cathédrale à ce moment-là.

Ces machines ont aidé à guider les pompiers dans leur lutte contre le brasier et sont intervenues lorsque le risque pour la vie humaine était trop élevé. En fin de compte, c'est l'homme et non la machine qui a triomphé de la furie de la nature, mais sans l'aide de la technologie moderne, les dégâts auraient pu être bien plus importants.

Des yeux dans le ciel

Comme le rapportent les médias français, les équipes d'intervention d'urgence ont utilisé au moins deux drones pour effectuer une reconnaissance au-dessus de la cathédrale en feu. Grâce aux images fournies par ces plateformes, les pompiers ont pu voir l'intensité et le mouvement du feu en temps réel. Ces drones étaient non seulement plus rapides et moins chers que l'envoi d'hélicoptères, mais leurs opérateurs ont pu s'approcher beaucoup plus près du feu, car ils n'étaient pas aussi sensibles à la chaleur et à la fumée qui auraient maintenu les avions pilotés à une distance respectable.

En général, l'utilisation de drones est strictement interdite à Paris, et les fonctions de géofencing intégrées aux produits de DJI les auraient normalement empêchés de survoler Notre-Dame. Mais DJI a mis en place un système permettant aux opérateurs de demander la levée temporaire de ces restrictions, ce qui a permis au fabricant de travailler rapidement avec les autorités françaises pour faire décoller les drones, compte tenu de la gravité de la situation.

Mavic Pro

La brigade des sapeurs-pompiers de Paris ne disposait pas de ses propres drones pouvant être utilisés dans cette situation. Elle a emprunté deux modèles disponibles dans le commerce qui étaient en service au ministère de l'Intérieur et au ministère de la Culture. Ces deux quadcoptères, un Mavic Pro et un Matrice M210, sont des produits de la société chinoise DJI. Cette entreprise, qui est presque synonyme de plateformes de photographie aérienne "prosommateurs", produit également la série extrêmement populaire de quadcoptères Phantom.

Le Mavic Pro est un petit quadcoptère semi-autonome que DJI présente comme idéal pour capturer des vidéos de haute qualité sur le moment grâce à sa conception pliante qui le rend beaucoup plus facile à transporter que les quadcoptères plus traditionnels. Avec une durée de vol de près d'une demi-heure, une caméra 4K stabilisée par un cardan mécanique à trois axes et la possibilité de suivre automatiquement et de mettre en orbite des objets sélectionnés par l'opérateur, il s'est avéré être un moyen idéal de surveiller l'incendie depuis le ciel.

Matrice 210

Par rapport au Mavic, le Matrice M210 fait partie de la gamme professionnelle de quadcoptères de DJI. Plus grand et plus puissant, ce drone est conçu pour transporter divers ensembles de charges utiles tels que des projecteurs, des caméras thermiques et des caméras à zoom optique. Les rapports sont contradictoires quant à savoir si le M210 utilisé par la Brigade des sapeurs-pompiers de Paris était équipé ou non de l'option caméra thermique, mais dans tous les cas, cela leur aurait au moins donné une autre source de vidéo haute résolution.

Pour pénétrer dans Notre-Dame et tenter de combattre l'incendie de l'intérieur, la Brigade des sapeurs-pompiers de Paris a utilisé le Colossus, une plate-forme à chenilles de 500 kilos mise au point par Shark Robotics, essentiellement imperméable au feu et à l'eau, qui, associée à un canon à eau motorisé, constitue un puissant robot de lutte contre les incendies.

Le Colossus s'est révélé particulièrement utile lors de l'incendie de Notre-Dame, car il a pu rester à l'intérieur de la structure alors que le toit était la proie des flammes. Avec les débris enflammés tombant d'en haut et l'effondrement final de la flèche en plomb et en bois de la cathédrale, l'intérieur était une zone particulièrement dangereuse pour les pompiers humains. Colossus a été en mesure de fournir un déluge d'eau continu dans la nef de l'église, alors même que la structure s'effondrait littéralement autour du robot. Le travail du robot a permis de sauver de nombreux vitraux. En outre, il a fourni aux pompiers un autre flux vidéo en direct afin qu'ils puissent déterminer le moment où la situation est suffisamment sûre pour envoyer des équipes supplémentaires.

Photo de couverture : (Ci-dessus) Le Collossus, par Shark Robotics

TecDron TC800

 

Photo de l'intérieur de Notre Dame après l'incendie :

Un autre robot, leTecDron TC800, est également salué comme un héros mécanique utilisé pour aider à l'extinction des incendies et à la collecte de données pendant l'incendie de Notre-Dame. Dans des images vidéo diffusées par la télévision française, on peut voir un petit robot, un peu comme le "Wall-E" de Pixar, s'approcher de l'autel de la cathédrale incendiée, où il est trop risqué pour les humains d'entrer en raison du risque imminent d'effondrement de la structure.

Colossus : Spécifications techniques :

Longueur : 1,6 mètres (5,5 pieds)

Largeur : 78 cm (3 pieds)

Poids : 500 kg (900 livres)

Charge maximale : 550 kg

Portée de la radiocommande : Environ 300 mètres (1000 pieds)

Collosus drawing