fr
Select language
Photo: Paul Grimwood, EuroFirefighter.com
28 Mar 2018

Feux sous-ventilés - Un environnement de lutte contre l'incendie plus dangereux

fr
Select language

Vidéo : (Ci-dessus) Une stratégie de sécurité des personnes, appelée VEIS (Vent-Enter-Isolate-Search), peut être adaptée aux services d'incendie, qu'ils disposent d'un personnel nombreux ou limité. Si VEIS est déployée efficacement, cette stratégie présente un risque moyen et un rendement élevé.

Pour les incendies de compartiment, la période de transition entre un incendie contrôlé par le combustible et un incendie contrôlé par la ventilation est généralement définie comme un "embrasement". Un incendie sous-ventilé peut être défini comme un incendie dont le développement a été freiné par un manque d'air et où une accumulation de gaz hautement inflammables s'est formée dans un compartiment fermé.

 

Paul GrimwoodExtrait du livre EuroFirefighter 2 : Fire Engineer's Manual, de la légende des pompiers britanniques Paul Grimwood. Ce livre, qui peut être commandé via ce Ce livre, qui peut être commandé via celien, s'adresse également aux ingénieurs pompiers, aux architectes, aux agents de contrôle des bâtiments et aux étudiants à la recherche d'informations sur les accès pompiers, les systèmes de contrôle des fumées et la dynamique pratique des incendies. Les droits d'auteur sont reversés à la Fondation Katie Piper Burns.

En français ICI

En italien ICI

 

LIRE PLUS sur le comportement du feu sur CTIF.org ici

Les risques associés aux incendies de bâtiments sous-ventilés sont de plus en plus importants, car les charges d'incendie comprenant une teneur accrue en hydrocarbures (plastique), combinées aux constructions modernes à haut rendement énergétique, créent des environnements de travail exceptionnellement dangereux pour les pompiers.

Il estun fait que les pertes de vie des pompiers au Royaume-Uni ont presque doublé depuis 2005 par rapport au nombre d'incendies de bâtiments et la relation entre les incendies sous-ventilés et la ventilation tactique par les pompiers exige une attention beaucoup plus grande, si l'on veut réduire ces pertes de vie.

 

  • Feucontrôlé par le combustible - beaucoup d'air disponible
  • Feu contrôlé par laventilation - air disponible limité
  • Feu sous-ventilé (non ventilé) - air disponible presque nul

 

Pourquoi ventiler ?

À chaque incendie, la position par défaut devrait être de commencer par contrôler immédiatement les voies d'écoulement de l'air, lorsque cela est possible. Cela signifie que toute porte d'accès ouverte doit être partiellement fermée afin d'empêcher l'air de pénétrer pour alimenter le feu, pendant que nous préparons notre déploiement avec des tuyaux d'arrosage chargés. En 1987, la stratégie de ventilation tactique de Paul Grimwood a été proposée comme un compromis entre les approches de ventilation américaine et britannique et a été définie comme suit :

La ventilation tactique est le confinement ou ventilation La ventilation tactique est l'action de confinement ou de ventilation des pompiers, utilisée pour prendre le contrôle dès le début du régime de combustion d'un incendie, dans le but d'obtenir un avantage tactique pendant les opérations de lutte contre les incendies de structures intérieures".

Une telle approche reconnaît que il y a des avantages évidents dans certains cas à créer tactiquement des ouvertures dans le bâtiment en feu, mais dans beaucoup plus de situations, il y a un danger que la création de telles ouvertures sans objectif, sans précision et sans timing, que la situation des occupants du bâtiment empire. Cela était particulièrement évident lorsque les pompiers occupaient le bâtiment.

Pour être en mesure de comprendre quand, où, pourquoi et comment ventiler les bâtiments en feu, il faut avoir conscience et connaître la dynamique pratique des incendies. Il faut également savoir, sur place, où se trouve le feu et où se trouvent les occupants et les pompiers. Il faut comprendre les voies d'écoulement (anciennement appelées "air-tracks" au Royaume-Uni).

Dans EuroFirefighter-1 (2008), à la page 78, j'ai répété un conseil essentiel qui a précédé de quelques décennies la recherche sur les voies d'écoulement. Il s'agit d'une règle de base sur le terrain que beaucoup semblent oublier. Ne ventilez pas dans des situations qui placent les équipes intérieures entre l'incendie et l'ouverture de ventilation que vous créez. Par exemple, si des équipes combattent un feu de sous-sol, toute ouverture que vous pourriez faire derrière et au-dessus d'elles pour évacuer la fumée peut littéralement faire en sorte que le nouveau chemin d'écoulement créé "tire" directement vers elles des flammes intenses ou de la fumée chaude.

 

Décès de pompiers lors d'événements liés à des trajets d'écoulement

Un examen des rapports sur les décès de pompiers au Royaume-Uni et aux États-Unis au cours des 15 dernières années révèle plusieurs incidents au cours desquels des pompiers ont perdu la vie parce qu'ils se trouvaient entre le feu et l'évent de sortie créé ou, dans certains cas, parce que l'évent créé se trouvait à un point plus élevé que l'emplacement des pompiers (attirant le feu vers eux).

Dans certains cas, il peut y avoir eu des inversions du trajet de l'écoulement, les différences de pression intérieure s'équilibrant lorsque les évents de sortie étaient sous-dimensionnés. Dans d'autres situations, la ventilation des bâtiments par les commandants des pompiers a provoqué l'intensification de l'incendie à un point tel que les conditions sont devenues intenables pour les pompiers, entraînant des effets de la chaleur sur le corps et amenant les pompiers à prendre de mauvaises décisions en essayant de sortir du bâtiment, se perdant et se coinçant dans le processus.

Au Royaume-Uni, trois incendies mortels ont été provoqués par des actions de ventilation tactique, plaçant les pompiers entre le feu et l'évent de sortie. Il y a eu d'autres incidents mortels où des actions de ventilation tactique ont provoqué une intensification du feu au point que les pompiers ont été désorientés et piégés.

Aux États-Unis, il y a eu plusieurs incidents où les pompiers se sont déployés du côté sous le vent du bâtiment en feu, ce qui a eu pour conséquence qu'un feu poussé par le vent les a piégés et tués alors que les fenêtres de l'autre côté du bâtiment se brisaient sous l'effet de la chaleur. Dans d'autres situations, les pompiers se sont déployés par l'avant dans le niveau supérieur d'un bâtiment à deux niveaux, provoquant des voies d'écoulement défavorables qui ont conduit le feu directement à leur emplacement.

Dans chacun de ces cas, les pompiers ont été surpris par des inversions de trajectoire, faisant revenir le feu vers leur point d'entrée et provoquant des niveaux intenables par les actions de ventilation.

 

Quand la ventilation tactique d'un incendie est-elle bénéfique ?

Dans certains services d'incendie de grandes villes bien équipés, avec des effectifs suffisants ou élevés, une procédure préétablie de ventilation verticale des bâtiments en feu selon des protocoles stricts peut être bénéfique pour certains types de bâtiments. La ventilation du toit par les écoutilles, les trappes ou les portes peut s'avérer très utile une fois l'incendie maîtrisé.

La stratégie consistant à effectuer des coupes de toit à l'aide de scies électriques est une opération à haut risque qui peut augmenter les pertes de vie des pompiers plutôt que de les prévenir et qui exige des pompiers très expérimentés et une bonne connaissance de la construction des toits. La probabilité que les toits plus anciens aient été reconfigurés et réaménagés au fil des décennies signifie que les opérations sur les toits deviennent encore plus dangereuses.

La ventilation horizontale est une stratégie tout à fait à la portée des équipes de pompiers, même les plus limitées, mais là encore, une connaissance de la dynamique pratique des incendies et des commandants/pompiers ayant le sens de la rue sont essentiels. Avant de créer des ouvertures horizontales, les considérations suivantes doivent être au premier plan dans l'esprit des commandants/pompiers :

 

  • Avoir un but ou un objectif clair à l'esprit
  • Agir en vertu d'une directive claire à cet effet
  • savoir où se trouve le feu et où se trouvent les pompiers
  • Connaître la direction du vent et son impact sur les ouvertures.
  • Un vent venant de l'arrière qui se dirige vers une porte d'entrée ouverte est comme un flux d'air PPV - devons-nous faire une sortie ou devons-nous fermer la porte ?
  • Ne ventilez qu'en tenant compte des conseils et du retour d'information de TOUTES les équipes de pompiers de l'intérieur !
  • Tenez compte de tout impact probable sur l'intensification du feu et de la façon dont cela peut affecter les pompiers et les occupants qui peuvent se trouver à l'intérieur à différents endroits.
  • Vérifiez si l'eau est appliquée efficacement sur le feu.
  • Alignez les évents d'entrée et de sortie, en vous assurant qu'en général, la sortie est plus grande ou égale à l'évent d'entrée, et que les sorties sont plus hautes que les entrées.
  • Surtout, n'ouvrez pas l'évent si des pompiers peuvent se trouver entre le feu et l'évent que vous êtes sur le point d'ouvrir.
  • Tenez compte de la densité de la charge d'incendie et de l'accès à celle-ci à des fins d'extinction - une charge d'incendie très dense peut brûler plus intensément si davantage d'air l'atteint.
  • Communiquez à tous les secteurs ce qui est sur le point de se produire en termes d'emplacement de l'évent.

 

Par le biais d'une série d'articles à la fin des années 1980, Paul Grimwood a plaidé en faveur d'une révision des tactiques de ventilation au Royaume-Uni, ce qui a donné lieu à un rapport d'Adrian Hay (1994) parrainé par le gouvernement et portant sur la ventilation par les pompiers. Dans ce rapport, l'auteur a introduit le terme de "ventilation tactique" de Grimwood, mais n'a pas réussi à le définir correctement et a omis de parler des tactiques d'isolation du feu et du contrôle du flux d'air alimentant le feu (Grimwood 1987). Il a ensuite conclu qu'une approche américaine de la ventilation des bâtiments en feu par les pompiers britanniques pourrait bien être bénéfique, mais cela devrait faire l'objet de recherches supplémentaires. Dans l'interview qu'Adrian Hay lui a accordée en 1994, Paul Grimwood a recommandé la prudence, ce qui a été rapporté dans le document comme suit :

 

  • "M. Grimwood a commencé par souligner les différences fondamentales entre les approches américaines et britanniques de la lutte contre les incendies. D'après son expérience, les pompiers américains sont, dans les tactiques qu'ils emploient et dans leur attitude mentale, à la fois pratiquement et psychologiquement plus engagés dans la lutte agressive contre le feu que leurs homologues britanniques. Il avertit toutefois que cette approche présente à la fois des avantages et des inconvénients. Il a résumé la différence fondamentale de stratégie en expliquant que les services d'incendie américains sont organisés selon un système d'équipe pour rechercher les problèmes aux premiers stades d'un incendie [proactif], alors que les pompiers britanniques réagissent aux problèmes lorsqu'ils se produisent [réactif]. En termes de ventilation tactique, il pense que les pompiers américains ont tendance à trop ventiler, en ce sens qu'ils ventilent parfois inutilement les structures simplement parce que c'est une pratique standard (cette affirmation a été fortement réfutée par les pompiers américains contactés au cours de cette recherche). Cependant, il pense également que les pompiers britanniques ont tendance à sous-ventiler dans l'extrême inverse. Il ne se souvient d'aucun incendie où la ventilation a été utilisée comme une première tactique par les pompiers britanniques, mais il peut citer de nombreux exemples où le fait de ne pas ventiler du tout a entraîné des dommages inutiles dus au feu et même la perte totale d'un bâtiment. Il suggère que le bon équilibre dans les tactiques se situe quelque part entre les deux extrêmes. M. Grimwood a mis en évidence quatre conditions essentielles Toute tentative de ventilation d'un bâtiment doit être coordonnée avec l'attaque intérieure, ce qui nécessite une bonne communication entre les différentes équipes et l'officier responsable. Les ouvertures dans la structure du bâtiment doivent être faites avec précision pour s'assurer qu'elles ne provoquent pas de propagation du feu. L'anticipation des effets de la ventilation est nécessaire pour que tous les résultats puissent être préparés et les risques couverts. Les niveaux d'effectifs et les différences d'équipement entre les pompiers américains et britanniques ont été discutés. M. Grimwood a observé que les niveaux d'effectifs aux États-Unis étaient généralement plus élevés qu'au Royaume-Uni et qu'il faudrait envisager d'augmenter le nombre de pompiers présents si l'on s'orientait vers la ventilation au Royaume-Uni. Mais surtout, il a estimé qu'il faudrait également mettre à disposition davantage de plates-formes hydrauliques et d'équipements de coupe. Pour conclure, M. Grimwood a attiré l'attention sur la tactique de l'attaque par le brouillard, qu'il croit fermement être la tactique de lutte contre les incendies de l'avenir. Il s'est demandé si les pompiers britanniques devaient être initiés à la ventilation avant d'être mieux sensibilisés aux avantages de l'attaque par le brouillard. Il a fait remarquer que cette dernière tactique serait plus facile à introduire et qu'elle fonctionnait efficacement dans les pièces ventilées. En résumé, M. Grimwood a apporté une contribution très utile aux aspects pratiques des opérations de ventilation et aux différences importantes entre les services d'incendie britanniques et américains. Son livre contient un certain nombre d'études de cas qui aident à comprendre les avantages et les inconvénients de la ventilation".

 

Adrian Hay 1994

Règles d'or de la ventilation tactique

 

  1. Commencez par une position par défaut consistant à fermer la structure et à fermer les points d'accès jusqu'à ce que vous soyez prêt à vous déployer.
  2. Chaque porte est un point de ventilation ! Demandez-vous si en fermant la porte d'entrée, la croissance et l'intensification de l'incendie cesseront ou diminueront de façon spectaculaire.
  3. Ne créez jamais une ouverture qui pourrait placer les pompiers entre le feu et l'ouverture de ventilation, ou inverser le chemin d'écoulement dans leur direction.
  4. Ne jamais ventiler du côté du vent du bâtiment, où les pompiers ou les occupants peuvent se trouver du côté sous le vent.
  5. La sortie de l'évent doit généralement être de taille égale ou supérieure à l'entrée de l'évent.
  6. Si vous ventilez un bâtiment contenant une charge d'incendie dense, sachez que les températures peuvent devenir insoutenables pour les pompiers qui ne pourront pas maintenir une attaque intérieure pendant une période raisonnable.
  7. Envisagez une attaque par pression positive (PPA) avant d'entrer dans le bâtiment et prenez 30 à 60 secondes pour voir les effets sur le feu et la fumée.

 

Vent-Entrée-Isolation-Recherche (VEIS)

Une stratégie de sécurité des personnes, appelée VEIS, peut être adaptée aux services d'incendie, qu'ils soient dotés d'un personnel nombreux ou limité. Dans les situations de piégeage connu, probable ou confirmé d'un occupant dans une pièce facilement accessible de l'extérieur, une opération VEIS devrait comprendre les actions suivantes, même dans les situations précédant l'attaque du feu :

 

  • Fermer toutes les portes d'accès au bâtiment pour ralentir le développement du feu.
  • Localisez la pièce cible et placez une échelle pour y accéder.
  • Sentez la chaleur de la fenêtre et observez des dépôts de fumée ou d'huile sur le verre, ce qui indique un niveau de chaleur élevé dans la pièce et la formation d'un chemin d'écoulement sous-ventilé - envisagez d'abord d'autres options.
  • Si elle est fermée, créez une ouverture suffisamment grande pour qu'un pompier puisse entrer dans la pièce le plus rapidement possible.
  • Utilisez brièvement une image thermique avant d'entrer dans la pièce, puis remettez-la au deuxième pompier en tête de l'échelle.
  • Lorsque vous entrez dans la pièce pour la fouiller, la priorité est de fermer la porte de la pièce pour la protéger, avant même de tenter d'extraire une personne de la pièce.
  • Envisagez de prendre une corde de 5 mètres dans la pièce depuis la tête de l'échelle, pour aider à localiser la fenêtre dans une fumée épaisse.
  • Si le feu se trouve dans la pièce elle-même, envisagez d'introduire un tuyau dans cette ouverture ou d'appliquer de l'eau de manière transitoire.
  • Le deuxième pompier doit se placer en tête de l'échelle pour aider si nécessaire.
  • Ne cherchez pas au-delà de la pièce cible et n'entrez pas dans le couloir, mais répétez le VEIS depuis l'extérieur pour d'autres pièces si nécessaire.
  • Avant de fermer la porte de la pièce pour isoler le feu, jetez un bref coup d'œil au-delà et dans le couloir pour voir si des personnes sont en train de se débattre sur le sol.

 

ICI, vous trouverez une vidéo utile de VEIS en action.

Si le système VEIS est déployé efficacement, cette stratégie présente un risque moyen et un rendement élevé. Pensez aux incendies auxquels vous avez participé et pour lesquels cette stratégie aurait pu offrir un meilleur résultat aux occupants.

L'application du VEIS exige une grande prudence et est souvent considérée comme une stratégie de " dernier recours ". En effet, le pompier d'entrée peut se placer directement au point de sortie d'une voie d'écoulement dangereuse. Considérez d'abord toutes les autres options. Il peut être plus sûr et plus efficace de déployer l'une des approches suivantes avant de recourir au VEIS :

1. Attaquer le feu en premier - cela peut sauver plus de vies, même si l'on travaille depuis l'extérieur ou si l'on utilise de l'eau (ou des CAFS) provenant du réservoir.

2. Isoler l'incendie à l'entrée du rez-de-chaussée en fermant les portes ou en plaçant une conduite d'incendie de soutien pour protéger la sortie (au niveau de l'escalier) avant de chercher au-delà ou au-dessus du compartiment incendie.

3. Coordonner la recherche et l'extinction à l'unisson, si les effectifs sont suffisants.

Paul Grimwood 2017