fr
By rijans - Flickr: Dhaka Savar Building Collapse
24 Apr 2018

Cinq ans après l'effondrement d'un immeuble au Bangladesh, personne n'a encore été jugé pour un quelconque crime.

fr

Des centaines de survivants et de proches des personnes décédées lors de l'effondrement du complexe de vêtements Rana Plaza au Bangladesh en 2013 se sont rassemblés mardi pour demander justice. Cinq ans après la catastrophe, qui a tué 1 131 personnes, personne n'a encore été jugé pour un quelconque crime.

Des survivants et des proches ont déposé des couronnes de fleurs et tenu des photos des personnes tuées ou blessées dans la catastrophe du Rana Plaza, dans la capitale Dacca, il y a cinq ans.

Environ 3 500 personnes se trouvaient dans le Rana Plaza, qui abritait plusieurs usines de vêtements, une banque et un centre commercial, lorsqu'il s'est effondré.

En plus des 1 134 morts, plus de 2 000 personnes ont été blessées - beaucoup de ceux qui ont péri dans l'effondrement n'ont jamais été identifiés.

Parmi les plus de 500 personnes qui ont manifesté mardi, Abdul Awwal, dont la fille de 25 ans est morte dans la catastrophe.

"Elle a laissé derrière elle un fils de onze mois. Son mari s'est marié et nous a laissé le fils. Même après des tests ADN, nous n'avons toujours aucune trace de notre fille. Le garçon n'a aucun souvenir de sa mère et n'a pas de tombe devant laquelle faire son deuil, dit Abdul Awwal.

L'année dernière, le propriétaire Sohel Rana a été arrêté et condamné pour corruption. Mais il est également accusé de meurtre pour avoir ignoré les signes indiquant que le bâtiment était sur le point de s'effondrer. Le procès a toutefois été reporté à plusieurs reprises.

Le Bangladesh est l'un des plus grands exportateurs de textile au monde.

Rana Plaza USAR 2013. Photo: Wikipedia.
Rana Plaza USAR mission in the aftermaths of the disaster in 2013. Photo: Wikipedia.

Le Rana Plaza, situé dans la banlieue de la capitale Dhaka, abritait cinq usines, une banque et un centre commercial. Plus de 3 100 ouvriers de l'usine se trouvaient dans le bâtiment lorsqu'il s'est effondré en avril 2013.

Au moins 1 130 personnes ont perdu la vie dans la catastrophe.

Quatre ans après la catastrophe, le propriétaire de l'immeuble a été emprisonné, mais les poursuites et le procès ont été reportés à plusieurs reprises et personne n'a été condamné pour un quelconque crime.

Des milliers d'usines ont été inspectées depuis la tragédie, mais les travaux visant à améliorer la sécurité sont lents.

Thousands of workers and their unions rallied across Bangladesh April 24, the one-year anniversary of the Rana Plaza collapse that killed more than 1,100 garment workers. The Solidarity Center is training garment worker organizers--many of them women--and supporting their efforts to demand safe factories. Credit: Solidarity Center/Sifat Sharmin Amita
Thousands of workers and their unions rallied across Bangladesh on April 24, the one-year anniversary of the Rana Plaza collapse that killed more than 1,100 garment workers.  Credit: Solidarity Center/Sifat Sharmin Amita
 

Une forte critique à l'encontre de la mission gouvernementale USAR

Selon un article de Wikipedia, certains ouvriers ensevelis ont bu leur propre urine pour survivre aux températures élevées, en attendant d'être sauvés. Non seulement le gouvernement bangladais a été accusé de privilégier la fierté nationale au détriment des personnes enterrées vivantes, mais de nombreux proches des personnes piégées dans les débris ont critiqué le gouvernement pour avoir tenté de mettre fin prématurément à la mission de sauvetage.

Le matin du 24 avril, il y a eu une panne de courant, et les générateurs diesel du dernier étage ont été mis en marche. Le bâtiment s'est effondré vers 8 h 57 BST, ne laissant que le rez-de-chaussée intact.

Le président de l'Association des fabricants et exportateurs de vêtements du Bangladesh a confirmé que 3 122 travailleurs se trouvaient dans le bâtiment au moment de l'effondrement. Un résident local a décrit la scène comme si "un tremblement de terre avait frappé".

Le groupe de coordination de la recherche et du sauvetage en milieu urbain des Nations unies - connu sous le nom de Groupe consultatif international de recherche et de sauvetage, ou INSARAG - a proposé l'aide de ses membres, mais cette offre a été rejetée par le gouvernement du Bangladesh. Le gouvernement a fait une déclaration suggérant que les services de secours locaux de la région étaient bien équipés.

Avant d'offrir de l'aide au Bangladesh, les Nations unies ont tenu des consultations pour évaluer la capacité du pays à organiser une opération de sauvetage efficace, et elles sont arrivées à la conclusion que cette capacité faisait défaut.

Les responsables bangladais ont refusé d'accepter l'aide qui leur était proposée par l'ONU. Une grande partie de l'opération de sauvetage était constituée de volontaires insuffisamment équipés, dont beaucoup n'avaient pas de vêtements de protection et portaient des sandales.

Crédits :

Photo (ci-dessus) par Rijans - Flickr : Dhaka Savar Building Collapse.

Wikipedia Commons. Vidéo : (Ci-dessous) Un documentaire de la BBC sur l'effondrement de l'immeuble Rana Plaza à Dhaka, au Bangladesh, l'une des catastrophes industrielles les plus meurtrières au monde. Une conséquence prévisible de la dépendance de l'Occident aux vêtements bon marché. 1 140 personnes sont mortes. Anna Akhter, 16 ans, dont la main a été amputée avant qu'on puisse la sortir, et Reshma Begum, 18 ans, qui a survécu dans les décombres pendant 17 jours, racontent leur histoire. La journaliste Yalda Hakim pour "Our World" de la BBC.